Accès à la formation des travailleurs non salariés

En tant que travailleur non salarié (travailleur indépendant, commerçant, artisan, auto-entrepreneur, profession libérale, etc.) vous avez accès, de droit, à la formation professionnelle pour développer vos connaissances, vous préparer aux fonctions de chef d’entreprise, ou faciliter votre reconversion dans une nouvelle activité. Ce droit à la formation couvre également le Bilan de compétences et la Validation des acquis de l'expérience (VAE).

Vous participez en effet au financement de la formation professionnelle par le biais d'une Contribution à la formation professionnelle (CFP) versée chaque année à l'Urssaf.

Pour faire valoir vos droits à la formation, vous devez vous adresser à votre Fonds d’assurance formation (Faf). Il peut prendre en charge les frais de transport et d’hébergement. Dans certains cas enfin, le financement de l’action de formation et votre rémunération peuvent être complétés ou pris en charge par des financements de l’Etat et de la Région.

Des obligations de formation pour certains métiers
La loi exige des qualifications professionnelles pour certains métiers pouvant, s’ils étaient mal exercés, mettre en jeu la sécurité et la santé du consommateur : boulangerie, pâtisserie, boucherie, entretien et réparation des véhicules et des machines, soins esthétiques, etc. Certaines professions peuvent proposer un stage préalable à l’installation ou au début de l’activité (agriculteurs, artisans, commerçants, etc.), ou imposent une obligation de formation régulière (médecins, avocats, etc.).

29/11/2019 - 16:03