VAE : étudiez les possibilités de financement

La procédure à suivre n'est pas toujours la même selon les financeurs.

  • Travailleur(e) non-salarié(e), adressez-vous à votre Fond d'Aide à la Formation (FAF) de branche ou FAF régional ou à votre OPCA.  
  • Demandeur(se) d'emploi, vous pouvez vous adresser à Pôle emploi. Il existe plusieurs solutions de prise en charge. 
  • Salarié(e) (démarche en accord avec votre employeur), ce dernier devra se mettre en relation avec son OPCA.
  • Salarié(e) (démarche indépendante de votre employeur), contactez votre OPACIF, l'organisme financeur dont relève votre entreprise. Il peut s'agir des organismes suivants :
       - FONGECIF : concerne une grande majorité de salariés.
       - AFDAS : salariés ou intermittents des métiers de la culture, de la communication et des loisirs.
       - FAF : personnels des chambres de métiers.
       - FAFSEA : salariés d'exploitations agricoles et entreprises agricoles.
       - FAF Sécurité sociale : salariés des organismes de Sécurité Sociale.
       - FAF TT : intérimaires.
       - Uniformation : salariés de l'économie sociale, l'habitat social et la protection sociale
       - Opcalim : salariés des organismes professionnelsde technique et de service en milieu rural et des coopératives agricoles.
       - Unifaf : salariés de la branche sanitaire, médico-sociale privée à but non-lucratif.

Votre OPACIF vous remettra un dossier de prise en charge que vous devrez faire remplir par votre employeur. Si ce dernier refuse, votre demande sera repoussée de six mois. Votre employeur ne peut pas le refuser une seconde fois.

 

Si vous diposez d'un Compte personnel de formation (CPF), n'oubliez pas de le mobiliser pour financer votre démarche.

 

Quelle que soit votre situation, 
vous pouvez rechercher les possibilités de financement 
en consultant le guide de financement VAE.

 

Le congé VAE pour les salariés

Le congé VAE est un droit pour tout salarié en CDI ou CDDquelle que soit son ancienneté dans l'entreprise. Ce congé a pour but de vous permettre de participer aux épreuves de validation organisées par l'organisme valideur ou de vous absenter pour être accompagné dans la préparation de cette validation.

La durée de 24 heures de ce congé peut être augmentée, par convention ou accord collectif de travail, pour les salariés n’ayant pas atteint un niveau IV de qualification ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.

 

 

12/11/2018 - 08:46