Un bilan positif pour la Garantie jeunes

Plus de 200 000 personnes sans emploi ni formation ont bénéficié du dispositif depuis sa mise en place en 2013. Cet accompagnement montre des effets positifs sur les parcours des jeunes. Et vous, vous connaissez ?


Une évaluation vient d'être menée, elle s'est appuyée sur trois questionnements principaux :
 

  • Quel public ?

    229 000 jeunes ni en emploi, ni en études ni en formation ont bénéficié de la Garantie jeunes entre octobre 2013 et juillet 2018. Ces jeunes cumulent des difficultés financières et familiales notamment, ce qui constitue des freins importants à l'emploi. Nombreux sont ceux qui connaissent des problèmes de logement et d'isolement. La moitié d'entre eux ne possède pas de qualification de niveau V (BEP-CAP).
     
  • Quels parcours d'insertion professionnelle des jeunes qui ont bénéficié de la Garantie jeunes ?

    Les bénéficiaires, accompagné de façon intensive par les Missions locales, notamment dans les deux premiers mois, sont amenés à expérimenter les mises en situation professionnelles, qui prennent la forme de stages, d'immersion et de périodes d'emploi.
    Un tiers des jeunes sortent du dispositif avec un emploi, une formation certifiante ou qualifiante.
     
  • Quel impact de la Garantie jeunes sur le devenir des jeunes ?

    Comparé à une échantillon de jeunes hors Garantie jeunes, le taux d'emploi des personnes est nettement meilleur : +9,9 % onze mois après l'entrée dans le dispositif, +14,9% après dix-sept mois, et +11,4% après 22 mois.
    Le gain en autonomie en terme de logement et de mobilité est significatif aussi : la part des jeunes titulaires du permis de conduire passe de 38% à 48% après quelques mois. De même, la part de jeunes locataires, colocataires ou propriétaires augmente sensiblement, de 19% avant l'entrée dans le dispositif à 37% 19 mois après l'entrée.
     

09 Juillet